200px_Flag_of_MaoriIl y a un peu plus d'un an, comme il m'arrive de faire des interventions pédagogiques autour du masque rituel, les responsables d'une association sont venus me demander un atelier sur les masques maoris. Maoris? Masques? ça ne me disait rien... il y a bien des peuples océaniens qui portent masque, mais les maoris...

Je pense que ces personnes s'étaient sinon égarées, du moins emballées, et que ces deux termes pouvaient surement parler à tout le monde, faire rêver, alors de là à les associer pour une journée...

Le défi fut, tant bien que mal, relevé. Mais alors, les maoris ont-ils des masques?

Qui sont les Maoris?
Les Maoris sont un peuple polynésien. unis par leur langue, ils se répartissent essentiellement en Nouvelle Zélande et dans les Iles Cook. La culture Maorie à laquelle on se réfère reste celle de Nouvelle Zélande.
Maori, dans cette langue, comme dans la plupart des langues polynésiennes, signifie simples hommes, par opposition aux Dieux.

Le drapeau ci-dessus les représentent.

Une tête ou un masque?
Pour les Maoris, la tête, est le lieu du sacré (tapu), et du prestige (mana).
Ils se font tatouer le visage, et cet acte a une telle importance qu'ils ne dissimuleraient jamais ces dessins sous un masque ou autre objet. Nous y reviendrons. Il n'y a pas, donc, de masque Maori, au sens strict.
Maori_VdM002

Les formes de visages sculptées en bois que l'on peut trouver dans ces archipels sont davantage des mascarons à but décoratif parfois, mais il sont surtout utilisés pour protéger les biens: maison, pirogue, objet précieux.
Ces visages représentent non le propriétaire mais le protecteur de celui-ci (un Dieu, ou un ancêtre). Les vivants ont le devoir de bien entretenir ces têtes pour s'assurer la bienveillance de cet être.
maori_teko_VdM

Quelle expression?
Dans le cadre de leurs danses rituelles, le HAKA est particulièrement connu, c'est une danse de joie, de défi, de guerre et... de rugby!
Elle raconte une histoire, donne du courage, utilise le corps mais aussi le visage. Les expressions sont précisément codifiées. Par exemple, les yeux écarquillés des hommes fixent l'adversaire, alors que les femmes clignent les yeux. On peut montrer les dents, ou tirer la langue, qui est une forme de défi.
Ces expressions se retrouvent également sur les sculptures de visage évoquées précédemment.

maori_haka_dent_VdM maori_dents_VdM

maori_langue_VdM maori_langue1_VdM

Le tatouage ou moko:
Le tatouage du visage est majoritairement porté par les hommes, même si certaines femmes peuvent avoir la partie basse du visage tatoué.

maori_couple_VdM
Pour l'homme, le tatouage marque le statut social, la vie, la généalogie du porteur.  Également une noblesse, un courage particulier (en rapport à la douleur de l'acte). Chaque tatouage est unique, c'est un peu une carte d'identité.
L'adolescent commence à recevoir ses premiers tatouages, comme un rite initiatique d'entrée dans l'âge adulte, et ceux-ci s'ajoutent au fil des passages clés de l'existence: mariage, hauts faits sociaux...

Le nez et la bouche sont le lieux de sa femme des enfants. Le menton peut marquer l'autorité spirituelle. La partie haute est en lien à son statut social. Les joues portent les traces de sa généalogie, mais aussi de son travail.
L'image que trace le moko est plus importante que le visage même, il se substitue à la physionomie "naturelle" du porteur. Il sert à impressionner l'ennemi... et séduire les femmes. Et il lui rappelle en permanence ses responsabilités dans le groupe. Il marque un lien entre l'humain et le divin.

On dit que pour les femmes (tatouages sur le menton et la bouche), ils représentent la fertilité et protègent/ dissimulent du vieillissement. Mais il reste essentiellement ornemental (tout en marquant un haut rang)

Les mokomakai, ou têtes « Ta Moko », sont les têtes des chefs ou guerriers tatoués, qui sont momifiées puis conservées dans les familles. Les tatouages restant gravés sur ces têtes ils rappellent à la famille l'histoire et la personnalité du personnage. C'est la mémoire du groupe qui est ainsi fixée. On remarquera que les dents sont toujours laissées apparentes, peut-être un signe expressif, comme souvent représenté en danse ou en sculpture.

maori_momie_VdM

Le tatouage revient à "un masque d'encre", porté toute la vie adulte et au delà de la mort. Un masque social, une écriture d'identité, mais aussi un lien au sacré. L'homme tatoué est déjà un peu plus qu'un homme. La représentation de ses signes propres le représentent lui, au delà de la mort, que ce soit par la permanence de la tête elle-même, ou par la reproduction sculptée de lui comme ancêtre.

La persistance du tatouage, associé à la mémoire collective et personnelle, se double de possibilités expressives, plus fugaces. L'usage en est en partie guerrier, via des danses ou le soin accordé aux sculptures, pour obtenir une protection comme pour repousser l'ennemi: ceci relie ces traditions à bien des usages de masques rituels de part le monde.

Bref, les Maoris n'ont pas de masques, mais les préoccupations propres au masques rituels ne leur sont pas tout à fait étrangères.


Pour aller plus loin:
deux blogs (parmi d'autres)
sur les arts premiers de nouvelle zélande
sur "les masques d'encre" et la culture polynésienne