FIMI-VdM-P5100815En invités et en ouverture du défilé du Festival International des Masques Ibériques de Lisbonne, les masques du carnaval de Maragojipe (dans la région de Bahia) au Brésil.

Ce carnaval existe depuis la fin du XIXè siècle. Il est issu de traditions européennes, importées : les entrudos portugais et leurs caretos, mais aussi des carnavals urbains avec des pierrots. Il se mêle de traditions indigènes et africaines, surtout pour la musique et la nourriture. A la longue il a gagné une unité et une personnalité qui lui est propre.

Chacun peut sortir masqué, petit comme grand, homme comme femme, et à en juger par les photos et vidéos qui sont visibles deci-delà, le masque industriel y est roi.

 

VIDEO 1 : un témoignage du carnaval, avec des commentaires en français, même si dispensables.

FIMI-VdM-P5101109

Néanmoins des masques plus traditionnels (à l'origine tous étaient en papier mâché ou tissu) restent une personnalité forte du carnaval. Ces masques très colorés sont faits par des artisans/artistes et vendus pour le carnaval. Chacun est unique avec une inspiration spécifique. Les gros masques « cabezoas » sont en papier mâché peints. le papier mâché existe encore également pour des masques faciaux. Il y a aussi des masques légers en tissu, avec des cornes contrastantes, les caretos (si j'ai bien compris) qui parlent avec une voix de fausset très caractéristiques (à écouter vers la 11è minute dans la vidéo ci dessus). Egalement, dans les rues du défilé lisboète, des masques « sans visage » entièrement en textile à motif. (photo ci contre)

 

VIDEO 2 : interview de Barbudo : un facteur de masques célèbre qui était présent à Lisbonne (ici chez lui). C'est lui qui porte et a fabriqué le grand masque à cornes jaune sur mes photos.

 

Ce carnaval dure trois jours, sous le gouvernement du « roi Momo », à l'instar de beaucoup de rois de carnavals européens. Il commence le samedi soir par l'arrivée des « ames du silence » depuis le cimetière, sorte de défilé aux accents catholiques et vaudous (vu sur le net mais pas de confirmation du contexte).

VIDEO 3 : bloco du silencio

 

C'est aussi ce soir là que le « roi Momo » reçoit les clés de la ville.

VIDEO 4 : Rei Momo

 

Le carnaval s'étend ensuite jusqu'au mardi gras. Il est le lieu de toutes les fantaisies.Un concours de masques a lieu. Il doit exister bien des codes qui m'échappent encore. Les questions posées aux personnes présentes sur le stand ne m'ont pas éclairée sur plus de points que ce que je partage. Je laisse donc les photos du défilé de Lisbonne pour illustrer ce carnaval méconnu chez nous, mais reconnu « patrimoine immatériel de Bahia ».

 

FIMI-VdM-P5100808

FIMI-VdM-P5100904

Pour aller plus loin une brochure (en portugais)